La Magie du Rangement, Marie Kondo

magie du rangement marie kondo

En lisant le livre de Marie Kondo et de sa fameuse méthode baptisée « KonMari », certains d’entre nous pourront se reconnaître dans ces soudaines envies compulsives de trier, organiser, et surtout de jeter

Faisant moi-même partie de ces obsessionnelles des « espaces maîtrisés »,  c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai commencé la lecture du livre de la papesse du rangement.

J’y ai trouvé beaucoup de bons conseils, comme trier par catégorie d’objets et non pas par pièce de la maison (pour nous permettre d’avoir une vision globale de tout ce que l’on amasse), et commencer par jeter tous objets inutiles avant de décider de l’endroit ou ranger ceux que l’on décide de garder. Le faire en une seule fois,  définitive, sur un laps de temps très court. Ne garder que les objets « utiles », que l’on utilise vraiment, ou les objets qui nous « mettent en joie ». Et ce, afin d’améliorer son quotidien et changer littéralement de vie.

Fort bien, après test, tout cela nous permet d’installer les bases d’une maison bien organisée… Le plus dur étant,  selon moi,  de ne pas remplir de nouveau les armoires (l’être humain s’ adapte à tout, et si espace vide il y a, espace vide il comblera!).

Selon moi, le point essentiel à retenir de ce type de méthode est qu’en décidant de nettoyer, réorganiser et jeter le superflu, on permet à notre cerveau de se libérer l’esprit afin de repartir sur de nouvelles bases. 

« Ranger revient à refuser de se laisser envahir par le chaos, la confusion »

Olivier Douville, psychologue.

Le rangement nous procure aussi Le Plaisir Esthétique: qui ne s’est jamais senti apaisé en évoluant dans un espace dépouillé et aux proportions maîtrisées? Dans un espace où chaque objet a une utilité, où chaque bibelot, que l’on a soigneusement décidé de garder, nous rappelle des souvenirs? Les yeux ne peuvent s’attarder que sur du sens et non sur des choses.

À éviter tout de même: tomber dans l’extrême… Au fil de ma lecture, certaines phrases m’ont tout de même laissée perplexe:

« A la maison, j’étais sans cesse tendue, constamment sur le qui-vive, à la recherche d’objets superflus susceptibles d’être jetés. »

« J’ai pointé les chaussettes en boules. Regardez-les attentivement. Quand elles sont dans le tiroir, c’est le moment où elles doivent se reposer. Pensez-vous vraiment qu’elles peuvent le faire dans cette position? »

« Cela faisait trois ans que je rangeais et jetais des choses. (…) C’est à que j’ai entendu une voix (…). Je me suis vite endormie à même le sol avec cette idée en tête. »

Si ce genre de phrases extrêmes n’a pas pour but de donner un petit côté dramatique pour appuyer les conseils, alors j’ai bien peur que l’on tombe carrément dans un TOC

Bref, je tire mon chapeau à cette jeune femme qui est parvenue à utiliser à bon escient ses névroses pour gagner utilement sa vie, et pour embellir la notre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s