/ en pratique·Non classé

Notre 1ère « mauvaise herbe »: La Grande Ortie – Urtica dioïca

De par sa richesse en nutriments et en principes actifs, l’ortie est une plante polyvalente qui peut être utile pour pas mal de choses. Dans cet article, je vais me limiter à vous indiquer les principales applications des feuilles d’ortie, et comment les utiliser en Cure revitalisante.

« Un aliment exceptionnellement riche en protéines, vitamines, sels minéraux et oligoéléments »

« Cette plante est un vrai cocktail de santé et ses propriétés reminéralisantes peuvent agir étonnamment vite »

Bernard Bertrand, suivant analyses rapportées dans « Les secrets de l’ortie ».

Selon des analyses récentes, elle est un véritable trésor de bienfaits nutritionnels: l’ortie est l’une des plantes les plus concentrées en chlorophylle (jusqu’à 52 % de son poids) et possède des teneurs exceptionnelles en vitamines B1, B2, phosphore, bore, manganèse, zinc, cuivre, magnésium, potassium, calcium et fer. Elle contiendrait 22,5% de son poids sec en protéines avec un très bel apport équilibré en acides aminés et serait un très bon aliment antioxydant!

L’ortie est donc une plante polyvalente et peut être utile pour pas mal de choses… On peut utiliser les parties aériennes de la plante, les graines, les racines… Je vais me limiter à vous indiquer ici les principales applications des feuilles d’ortie:

Fortifiant

De par sa richesse nutritionnelle, elle est plus qu’indiquée en période de convalescence et d’anémie.

‧ Dépuratif

De par sa richesse en minéraux, elle a une action dépurative (par stimulation des reins), une action diurétique et est donc également recommandée contre l’eczéma et l’arthrite lorsque ceux-ci sont liés à un dysfonctionnement des reins et à la rétention d’eau.

‧ Reminéralisant

Les minéraux qu’elle renferme agissent également au niveau des articulations en les renforçant. La Silice présente en grande quantité aide à la formation du collagène (pour la souplesse des articulations), et participe également à la structuration des tissus conjonctifs tels que la peau, les cheveux ou les ongles.

‧ Allergies

Elle soulage le rhume des foins, l’asthme, les piqûres d’insectes et les démangeaisons et son jus est efficace pour soulager les… piqûres d’ortie!

Le cueillette des feuilles d’ortie:

Les feuilles d’orties séchées sont disponibles dans le commerce mais si vous désirez les récolter vous-même, suivez bien les règles de cueillette (voir mon article précédent). Il existe d’autres espèces d’ortie, comme par exemple le Lamier blanc quand il n’est pas fleuri, la Petite ortie (ou Ortie brûlante). Attention au risque de confusion.

Utiliser des gants et cueillir le sommet de l’ortie (les 2 ou 3 feuilles supérieures) avant la floraison, à la fin du printemps et au début de l’été. Après floraison, la plante pourrait former des cristaux irritants pour les reins.

Pour enlever le caractère urticant de l’ortie (indispensable si on veut la consommer), il y a 3 méthodes: Le séchageLa cuisson (1 min. d’ébullition est suffisant) – Le hachage très très fins (si on veut la consommer crue).

Contre-indications: éviter en cas d’oedème, de problèmes rénaux, de grossesse, de prise de fluidifiants sanguins antagonistes de la vit. K (l’ortie contient une importante quantité de vit K), ou prise de lithium.

Cure revitalisante d’Orties

Chaque matin pendant 2 à 3 semaines:

Infusion: Mettre 20 à 30g de plantes sèches ou 100g de plantes fraîches (hachées très finement pour enlever le caractère urticant) dans 1l d’eau bouillante, couper le feu et laisser infuser à couvert durant une vingtaine de minutes.

Conserver dans un thermos et consommer tout au long de la journée.

Sources pour aller plus loin:

Dr Jean Valnet, La phytothérapie Se soigner par les plantes.

Bernard Bertrand, Les secrets de l’ortie et plusieurs vidéos disponibles sur YouTube, que je recommande grandement!

Larousse, Encyclopédie des plantes médicinales.

Vicky Chown & Kim Walker, Mon herboristerie maison.

François Couplan, Guide nutritionnel des plantes sauvages et cultivées.

Un commentaire sur “Notre 1ère « mauvaise herbe »: La Grande Ortie – Urtica dioïca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s